La transmission familiale

La transmission familiale : c’est un sujet qui touche de nombreuses personnes chez nous et en Europe, mais d’un pays à l’autre, les règles ne sont pas les mêmes… Zoom aujourd’hui sur un sujet qui va prendre de l’ampleur prochainement avec l’arrivée massive de l’effet « Papy Boom ».

Le saviez-vous ?

  • En France, nous avons un des taux de transmission familiale les plus faibles d’Europe : près de 10 % (pour comparaison : 65 % en Allemagne, 76 % en Italie, 88 % en Suède)
  • Aujourd’hui, 20 % des dirigeants d’entreprise de PME ont plus de 60 ans en moyenne. En ce qui concerne les dirigeants d’ETI, ils sont 60 % à avoir au moins 55 ans.
  • Les principaux obstacles à la transmission familiale sont : la fiscalité peu avantageuse et très complexe et le manque d’anticipation des dirigeants
  • Il faut en moyenne 10 ans pour bien préparer une transmission familiale !
  • Au sein de l’Union Européenne, les entreprises familiales représentent plus de 60 % des entreprises et 40 à 50 % des emplois du secteur privé
  • Le taux de défaillance est beaucoup plus faible que les autres, notamment parce qu’elles sont moins endettées (prudence patrimoniale)
  • Les entreprises familiales, comme les start-up, développent en général une organisation agile capable d’innover rapidement (élément nécessaire pour un passage de relais réussi d’une génération à l’autre)

La transmission familiale est pourtant essentielle dans nos régions puisqu’elle véritablement source d’emploi (surtout en zone rurale) et sont plus résistantes. En effet, les chefs d’entreprise ont tendance à réfléchir davantage pour préserver et pérenniser leur entreprise afin de la transmettre à leurs enfants de manière viable.

Sources : BPI, EDHEC Family Business Center, France Télévision (journal de 13h le 5 mars 2018)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *